U-roy : : biographie et discographie de l'artiste

U-Roy
Nationalité : Jamaïquain
Vrai nom : Ewart Bekford

Biographie

U-Roy s’impose comme un véritable précurseur dans l’art de toaster le reggae. Dans les années 1970, il se démarque de ses pairs en introduisant des innovations marquantes. En forgeant une nouvelle forme d’expression vocale, il devient indéniablement l’une des influences majeures à l’origine d’une vaste portion de la culture musicale de la fin du XXe siècle. Son impact se ressent particulièrement dans les diverses branches du rap, du dub, du dancehall, et même de la jungle.

Bien qu’il reconnaisse la présence de nombreux deejays animant les sound systems à l’époque, U-Roy s’impose comme le premier artiste à adopter son style distinctif sur un single. Qu’il soit appelé toaster en France, dee-jay en Jamaïque ou MC en Angleterre et aux États-Unis, tous partagent la même mission : assurer la fluidité de la soirée en enchaînant les morceaux et en délivrant quelques couplets concis (le flow et le ton se distinguant nettement des chanteurs).

C’est au début des années 1960, lors de l’explosion des sound systems en Jamaïque, que les premiers deejays font leur apparition, parmi eux Ewart Bekford, plus connu sous le nom d’U-Roy. Rapidement, cette manière unique de chanter évolue pour devenir une forme d’expression à part entière.

Bien que ses premiers titres aient connu des débuts modestes, U-Roy atteint le sommet des charts jamaïcains pendant plus de 12 semaines avec son single « Wake the Town ». Le succès de cette chanson ne tient pas seulement à son statut de reprise, mais surtout à l’approche singulière de U-Roy, qui commente de manière distinctive sur des versions instrumentales, laissant une empreinte mémorable. De nombreux artistes emboîteront le pas, s’aventurant dans cette voie novatrice.

Les producteurs Lee Perry et King Tubby, réputés pour leur habitude de « duber » systématiquement toutes les instrumentales qui passent entre leurs mains, contribuent grandement à l’engouement pour les deejays. Cette pratique spécifique accentue encore davantage l’identité des sound systems jamaïcains. Il est intéressant de noter que cet intérêt marqué pour les basslines et les echoes voices de toutes sortes donne naissance à l’émergence de genres musicaux dits électroniques, tels que le trip-hop, la jungle, ou encore la techno.

Revenons à notre visionnaire. De plus en plus, les grands producteurs jamaïquains se disputent l’opportunité d’enregistrer « Daddy » U-Roy, également connu plus tard sous le surnom de « The Godfather », grâce à ses improvisations sur des versions (morceau instrumental ou dub en face B des 45 tours). Ainsi, il révolutionne une grande partie de la production musicale de l’île, ouvrant de nouveaux horizons pour le reggae roots. De nombreux contemporains d’U-Roy imiteront son style, tels que I-Roy ou U-Brown, certains d’entre eux revendiquant même l’invention du toasting. Cependant, U-Roy, étant un artiste de calibre exceptionnel, ne s’attarde pas sur de tels titres honorifiques. Il a créé des œuvres marquantes pour des producteurs renommés tels que Mad Professor, Lee Perry, Joe Gibbs, King Tubby, Duke Reid, sans jamais ressentir le besoin de prouver quoi que ce soit.

Il a parcouru la France et l’Europe à maintes reprises au cours des deux dernières décennies, et l’un de ses derniers albums a même été produit par le label français Soulbeats Records. À la fin de 2019, U-Roy a été couronné Roi des deejays à New-York par Shabba Ranks lors d’un événement exceptionnel rassemblant des figures notables telles que King Stur Gav (le sound de U-Roy), David Rodigan, Rory Stone Love, Bushman, Professor Nuts et Bodyguard. « Nous devons honorer nos légendes tant qu’elles sont encore en vie ! » avait justement scandé Garfield Chin Bourne du duo Irish & Chin, organisateurs du World Clash et animateurs de Soundchat Radio aux États-Unis.

U-Roy nous a quittés le 17 février 2021, des suites d’un arrêt cardiaque.

Discographie

Premières chansons (1969)

  • Earth’s Righful Ruler (Lee Perry)
  • Love Shine Along The Way (Bunny Lee)
  • King Of The Road (Bunny Lee)
  • Orgarang (Bunny Lee)
  • Dynamic Fashion Way (Keith Hudson)
  • Ok Corral (Lee Perry)
  • Scandal (Lloyd Daley)
  • Sound of the Wise (Lloyd Daley)

Albums

  • 1970 : Version Galore
  • 1975 : ‘Dread Ina Babylon
  • 1975-1976 : Dubbing To The King In A Higher Rank (King Attarney)
  • 1976 : Best Of U Roy
  • 1976 : With Words Of Wisdom
  • 1976 : Natty Rebel (Virgin)
  • 1978 : Rasta Ambassador (Virgin)
  • 1978 : Jah Son Of Africa (Virgin)
  • 1980 : The Originator
  • 1980 : Love Gamble
  • 1987 : Music Addict (Ras)
  • 1991 : True Born African (Ariwa)
  • 1992 : The Teacher Meets the Student (Sonic Sounds)
  • 1993 : Smile Awhile (Ariwa) ;
  • 1995 : Wake the Town
  • 1997 : Show Time Live
  • 2000 : Serious Matter (Tabou 1)
  • 2001 : Now (Tabou 1)
  • 2003 : Rebel In Styyle (Nocturne)
  • 2012 : Pray Fi Di People
  • 2015 : Get up, Stand up ; sur l’album de Tiken Jah Fakoly, « Racines »
  • 2018 : Talking Roots (Ariwa)
  • 2021 : Solid Gold U-Roy (Album posthume composé de duos)

Compilations et rééditions

  • 1988 – With a Flick of My Musical Wrist (1971-73) (Trojan) ;
  • 1990 – Version Of Wisdom (Virgin) ;
  • 1991 – Natty Rebel Extra Version (Virgin) ;
  • 1992 – Super Boss (1971-73) (Culture Press) ;
  • 1992 – Rock With I (Ras) réédition de Best Of U Roy avec deux morceaux supplémentaires (Musical Vison et King Tubby Skank) ;
  • 1993 – Musical Vision (Culture Press) même album que le précédent ;
  • 1999 – The Lost Album – Right Time Rockers réédition de l’album Dubbing To The King In A Higher Rank ;
  • 2002 – Version Galore (réédition 2 cd) (Trojan) ;
  • 2006 – Meets King Tubbys (Attack) ;
  • 2009 – Foundation Skank – 1971-75 Rare Sides By The DJ Originator (Sound System)
  • 2009 – I Am The Originator (Kingston Sounds)

Collaborations

2012 : The Hard Way ; avec Balik (Danakil) et Tiken Jah Fakoly, sur l’album Pray Fi Di People

U-Roy sur le blog

5/5 - (5 votes)