Burning Spear

Biographie

Winston Rodney est né en 1948 à Saint Ann Bay en Jamaïque. Il prend le pseudonyme de Burning Spear en hommage au président du Kenya, Jomo Kenyatta, dont c’était le surnom.
Il enregostre pour Coxsone Dodd de 1970 à 1974. Ces premiers enregistrements sont particulièrement inspirés et sont magnifiés par des rythmes entêtants e une vois profonde, ‘Foggy Road’ sur lequel le duo féminin The Jay Tees feront leur formidable ‘Bucktown Corner’ en 1977, le sublime ‘Ethiopian Live It Out, les classiques ‘Creation Rebel’ et ‘Rocking Time’, ‘Old Time Saying’, ‘Bad to Worse’, ou le spirituel ‘Door Peeper Shall Not Enter’, un des reggaes les plus bruts et puissants jamais enregistrés.
A partir de 1975, Winston Rodney fait la connaissance du producteur Laurence Lindo alias Jack Ruby et s’entoure de deux vocalistes, Ruppert Wellington et Delroy Hines. Il sort ses titres sur les labels Fox et Wolf de Jack Ruby et, en 1975, il enregistre pour ce dernier l’album ‘Marcus Garvey‘. Le disque lui apporte une reconnaissance instantanée grâce à des titres militants, décrivant les souffrances du peuple noir et de ses martyrs, intensifiée par l’interprétation profonde du trio Burnng Spear. La sortie sur Island de ce disque les porte au pinacle et ils sont vite considérés comme les nouvelles étoiles montantes du reggae. La parution l’année suivante, en 1976, sur les labels Wolf et Island, de la version dub ‘Garvey’s Ghost‘ est un autre succès.
Winston Rodney sort par la suite son propre label Spear sur lequel ‘Dry&Heavy’, ‘Travelling’ ou ‘Institution’. En 1976 paraït le dernier disque produit par Jack Ruby ‘Man In The Ills‘ qui contient les reprises de Door Peeper et Get Ready. Les disques suivants sont auto-produits, mais sortent également sur Island. En 1977 paraît un bon live enregistré au Rainbow de Londres et, à partir de 1980, il signe un contrat avec EMI et obtient un Grammy Award pour son album ‘Resistance‘ (1984).
Après la mort Bob Marley, il est le seul qui se vraiment imposé aux yeux du public, ce qui lui permet de partir en tournée à travers le monde et d’enregistrer régulièrement jusqu’à nos jours.

Burning Spear – Marcus Garvey Live

Des trois disques estampillés Sutdio One, les deux premiers ont le même track listing. on peut d’ores et déjà considérer ces trois opus comme absolument essentiels, à l’acquisition indispensable. Les enregistrements suivants n’auront plus cette vigueur, cette puisance mystique, portée par des rythmes sans faille et la rugosité de sa voix. On peut recommander l’achat du disque ‘Rare reggae From The Vaults Of Studio One‘ paru en 1989 chez Heartbeat pour le splendide ‘Live Good’ (ce titre fut réenregistré et figure sur le Lp ‘Marcus Garvey’) datant de la même période et jamais gravé auparavant, le reste de la compilation est de ce niveau.
Les albums ‘Marcus Garvey‘, ‘Man In The Ills‘, ‘Dry And Heavy‘, ‘Marcus Children‘ (paru sous le nom de ‘Social Living‘ chez Island) et ‘Hail H.I.M.‘ sont tous les cinq indissociables et contiennent de grands morceaux, les parfaits ‘Marcus Garvey’, ‘Slavery Days’ et ‘Old Marcus Garvey’, ‘The Invasion’, ‘Tradition’, ‘Man In The Ills’, ‘Lion’, ‘Wailing’, ‘The Sun’ une reprise de son ‘Call On You’, ‘Shout It On’ un réenregistrement de ‘We Are Free’, ‘It’s A Long Way Around’, ‘Marcus Children Suffer’, ‘Social Living’, ‘Institution’, ,’ Colombus’, ‘Hail H.I.M.’, le vibrant ‘African Teacher’ et ‘Marcus Say Jah No Dead’.
Farover‘ est un peu moins inspiré, Winston Rodney se ressourçant avec quelques titres de ses monomentaux Studio One à travers le mumineux Oh Jah dont la rythmique n’est pas sans rappeler ‘Door Peeper Shall Not Enter’, ‘Rock’ en fait ‘Rocking Time’ à peine déguisé, ‘She Is Mine’ une version plus élastique de son ‘Don’t Mess With Jill’ et ‘We Are Free’ une reprise de l’original de 1973. Il faut quand même avouer que Winston Rodney eut recours de nombreuses fois aux réenregistrements de ces morceaux fondateurs (figurant sur ses grandioses Studio One), notamment pour les albums ‘Man In The Ills‘, ‘Dry And Heavy‘, ‘Hail H.I.M.‘, ‘Farover‘ ou ‘Fittest of the Fittest‘. ‘Marcus Children‘ et ‘Hail H.I.M.‘ sont sortis en version dub sous le nom de ‘Living dub Vol.1‘ et ‘Vol.2‘ en 1979 et 1980. Mentionnons également la compilation ‘Harder Than The Best‘ parue chez Island en 1979 et renfermant des titres des 33 tours estampillés Island et le convenable ‘Fittest of the Fittest‘ paru en 1983 chez Emi Rcds.

Yannick Maréchal, l’Encyclopédie du reggae 1960-1980.

Burning Spear – Jah Nu Dead live in Kenya

Discographie

LIVING DUB VOL 5

Nocturne
2006

OUR MUSIC

Burning Music / I Sound
2005

FREEMAN

Burning Spear
2003

MAN IN THE HILLS & DRY & HEAVY

Island
2003

LIVE AT MONTREUX JAZZ FESTIVAL 2001

S’il est inutile de louer Jah pour avoir créé Burning Spear, il convient ici de saluer encore la générosité infinie de cet artiste d’exception. Avec ce live, le roi du reggae fournit une preuve supplémentaire de sa suprématie sur le genre. Trente-trois ans après, Sa Majesté Winston Rodney poursuit un règne incontesté, et ce 36e album contient comme une quintessence de son œuvre. Les pionniers du reggae ont tous disparu, de Marley à Tosh, mais le feu sacré de Spear illumine la route (root…). Ce livre est tout autant un témoignage précieux qu’un “best of” idéal, avec les thèmes de Burning Spear les plus populaires jusqu’au décisif “Slavery Days”, en passant par l’indispensable hommage au maître Marcus Garvey (“Old Marcus”). Présent aux percussions, le chanteur plaisante, joue avec un public de connivence (“Man In The Hills”) et répond aux cuivres par des interjections vives (“Nyah Keith”). Un groupe serré lui apporte une assise complice, guitares mélodieuses, basse en bourrasques, et des percussions enflammées. Pour rappeler que “Live” veut d’abord dire “vivant”. –José Ruiz

BURNING MUSIC
2002

THE BEST OF BURNING SPEAR
Island
2002

SPEAR BURNING

Pressure Sounds
2001

ULTIMATE COLLECTION

Hip-O Records
2001

RARE AND UNRELEASED
Revolver
2001

BEST OF THE FITTEST

EMI
2001

LIVING DUB VOL 4

M10
1999

CALLING RASTAFARI

Heartbeat
1999

BURNING (A)LIVE

Musidisc
1998

APPOINTMENT WITH HIS MAJESTY

Jahmin’ Records
1997

CHANT DOWN BABYLON: The Island Anthology

1996
C’est entre 1975 et 1978, sur le label Island, que Burning Spear, alias Winston Rodney, enregistre ses plus grands classiques. La collaboration de Spear et du producteur Jack Ruby semble inépuisable. Ils créent un reggae puissant et spirituel ainsi qu’un dub diabolique qui font de Winston Rodney une des figures les plus influentes du courant. Chant Down Babylon est une pointilleuse sélection des meilleurs titres extraits de six albums produits chez Virgin, réunis sur deux CD (ce qui n’était pas de trop) et comprenant, entre autres, les incontournables “Slavery Days”, “Man In The Hills”, “Mek We Dweet”, “Social Living.” Chant Down Babylon est la meilleure compilation de Burning Spear disponible. –Chris Nickson

LIVING DUB VOLUME 3

Déclic Communication
1996

RASTA BUSINESS

Déclic Communication
1995

LIVE 1993

Déclic Communication
1994

THE WORLD SHOULD KNOW



Déclic Communication
1993

LIVING DUB VOL 1

Heartbeat
1992

LIVING DUB VOL 2

Heartbeat
1992

THE ORIGINAL

Sonic Sounds
1992

JAH KINGDOM

Mango
1991

MEK WE DWEET

Mango
1990


LIVE IN PARIS ZENITH 88


Blue Moon
1989

MISTRESS MUSIC

Blue Moon
1988

PEOPLE OF THE WORLD

Blue Moon
1986

RESISTANCE

Burning Music
1986

THE FITTEST OF THE FITTEST

Capitol
1983

FAROVER

Heartbeat
1982

LION ROCK
Sonic Sounds
1982

HAIL H.I.M

Heartbeat
1980

ORIGINAL LIVING DUB VOLUME TWO
Burning Spear
1980

B.O. FILM – Rockers
Island
1979

ORIGINAL LIVING DUB VOLUME ONE

1979

LIVING DUB
Burning Music
1978

SOCIAL LIVING

Burning Spear
1978

DRY AND HEAVY

Island
1977

LIVE

1977

TWO SEVENS CLASH
Shanachie
1977

100th ANNIVERSARY
Island
1976

MAN IN THE HILLS

Island
1976

Garvey’s Ghost

Island records
1976

MARCUS GARVEY

Wolf And Fox 1976
Island 1976
Tout a commencé ici pour Burning Spear qui n’était à l’époque qu’un trio vocal formé par Winston Rodney, Delroy Hines et Rupert Milligton. L’album a fait l’effet d’une bombe. C’était plus puissant et plus revendicateur que tout ce que l’on avait entendu auparavant. Leur reggae était fait d’un alliage différent. Marcus Garvey est un concept-album dédié au grand leader jamaïcain, créateur du Rastafarisme. Cet album est l’oeuvre d’un groupe au son hypnotique et aux messages d’une rare véhémence. Marcus Garvey est un des grands classiques du reggae. –Chris Nickson

ROCKING TIME
Studio One
1974

BURNING SPEAR

Studio One
1973

STUDIO ONE PRESENTS BURNING SPEAR
Studio One
1973

2 Commentaires

  1. Retour PingSlavery days

  2. Retour PingTiken Jah Fakoly : Slavery Days - Le Blog Reggae

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *